Pourquoi s’aimer ? Quelles conséquences dans sa vie quotidienne ?

La conférence a démarré par l’anecdote suivante : une communauté de communes avait un problème dans une piscine au niveau des relations maîtres nageurs sauveteurs et enfants, et aussi entre les MNS. L’organisme contacté en urgence (consultant, ancien MNS, aujourd’hui spécialisé sur les relations humaines) n’a pas été retenu parce que sur son site, le mot amour était présent, et que la personne responsable trouvait que cela faisait « secte ».

Les échanges sur l’anecdote ont permis de cerner ce qui fait peur dans le mot « amour » au sein de notre société actuelle.

Ensuite, nous avons abordé les différences entre l’amour de soi, l’amour des autres et l’amour inconditionnel.

L’amour de soi : différent de l’égoïsme, est  cette capacité à aimer toutes les parties de soi, les ombres comme les qualités que nous mettons à l’oeuvre au quotidien.

L’amour des autres : va de la tolérance à la compassion en passant par le respect de la relation que nous établissons avec autrui.

L’amour inconditionnel : est cette capacité à s’ouvrir à autrui, en abandonnant tout jugement, en acceptant l’autre tel qu’il est, c’est une qualité rare, qui demande d’avoir déjà bien cheminé et surtout travaillé sur soi pour nettoyer ses charges émotionnelles contenues dans les enfants intérieurs.

La conférence s’est ensuite orientée sur notre société, sa vision et les raisons qui poussent certains responsables à bannir le mot amour de leurs relations, les conséquences que cela a sur leur vision du monde.

Au final, nous avons échangé sur les conséquences très pratiques pour chacun d’entre nous, de s’ouvrir à l’amour tant au niveau physique que spirituel.

Des exercices ont été décrits pour permettre à chacun d’y arriver.

Passer du modèle de la guerre à celui de l’amour, voilà le challenge de chacun : pour nous, pour demain et nos enfants et petits-enfants !