Dans les locaux de la CCI d’Amiens et devant un parterre de 80 personnes, la conférence s’est déroulée en deux temps tout en restant centrée sur la recherche d’informations technologiques, c’est-à-dire les brevets.
Tout d’abord, l’intervenant a montré quelles étaient les sources disponibles sur le net dans le domaine de la recherche de brevets tant en France, en Europe, qu’aux USA.
Grâce à une liaison haut débit mis à disposition par la CCI d’Amiens, les participants ont pu avoir en direct les interrogations de brevets et mesurer le temps de réponse, la pertinence de celles-ci.
Ensuite, le conférencier a montré tous les problèmes de ces requêtes : la redondance des réponses qu’il n’est pas possible d’enlever, les occurences entre les bases, la difficulté de faire des tris croisés, etc.
Dans un deuxième temps, il s’est appuyé sur des serveurs de base de données : Qwam, STN (chimie), Dialog (brevets, juridique, etc.) il a questionné ceux-ci en direct avec des requêtes préparées à l’avance et affiché les résultats et leur coût.
Après avoir dédoublonné, filtré, multiplié les requêtes croisées, interrogé des bases de données différentes sur le serveur Dialog (mais avec les mêmes requêtes que sur la première base de recherche), il a su très rapidement nous démontrer toute l’importance de l’accès payant aux banques de données sur internet.
Gain de temps, flexibilité dans la recherche, exhaustivité si nécessaire, croisement entre les bases et dédoublonnage sont les grands avantages de ces interrogations payantes.
Il a fini en pondérant son discours, à travers un exposé sur TechOptimizer, logiciel d’IMC qui permet à travers un de ces modules d’avoir à partir d’une seule requête, tous les brevets déposés en anglais, triés par année, par société selon une logique proche de l’analyse fonctionnelle.
Les participants ont ainsi pu mesurer concrètement, qu’il n’est pas toujours bon de passer beaucoup de temps sur le net pour chercher des informations (qui resteront à valider en terme de confiance) et que parfois, un consultant expert des recherches d’informations, une recherche payante sur un serveur de banques de données ou l’utilisation d’un logiciel expert sur les problématiques industrielles étaient aussi des solutions intéressantes, profitables et rentables si l’on prend en compte tous les coûts directs et indirects.
Il a enfin souligné que selon la fréquence des interrogations et recherches, le dirigeant de PME peut avoir intérêt à sous-traiter sa démarche avec une Arist bien positionnée sur ces créneaux, telle que celle de Lille.
Rédigé par M. Richard Chaigneau