•  Thèmes possibles
    En l’absence de thèmes qui vous plairaient plus particulièrement, je vous propose les thèmes suivants :

    • Être Auteur de sa Vie : quelles conséquences au quotidien ?
    • Accueillir ses Enfants Intérieurs : qu’est-ce que cela signifie ?
    • Comment mieux gérer son stress ?
    • Croyances limitantes : comment apparaissent-elles ? Comment les modifier ?
    • Comment mieux gérer son stress ?
    • Accueillir ses enfants intérieurs : qu’est-ce que cela signifie ?
    • Il n’y a pas de hasard : provocation ou réalité ? Où serait notre liberté ?
    • Vacances : faire le vide ou se reposer ?
    • Cheminer en couple : contraintes ou liberté ?
    • Somatisations, maladies : différentes voies de guérison.
    • Nous sommes tous des êtres aimants : quelles conséquences au quotidien ?
    • Synchronicité : réalité ou clins d’oeil de la vie ?
    • Maîtrise de soi : contrôle ou lâcher prise ?

      Les réunions ont lieu :

      • De 18h30 à 20h
      • Date : les 4ème jeudi de chaque mois (en général)
      • Lieu : nous envoyer un email

Textes à télécharger :

  • Etre auteur de sa vie : qu’est-ce que cela implique et sur quels niveaux ?
    Être auteur de sa vie, c’est d’abord prendre conscience de ce que l’on est, de notre humanité
    C’est intégrer mentalement et psychologiquement, que nous portons tous notre part d’humanité, que nous sommes tous différents mais appartenant à la même conscience de soi.
    C’est aussi accepter de fait que nous avons un inconscient collectif tel que défini par Carl Gustav Jung.
    C’est donc comprendre que les solutions que l’on cherche existent déjà dans cet égrégore de l’humanité.
    …lire la suite

  • Somatisations, maladies : différentes voies de guérison
    Avant de démarrer, je vous propose de réfléchir sur le sens des mots du thème de ce soir :
    – être malade : qu’est-ce que cela signifie, où commence la maladie ?
    – peut-on somatiser sans être malade et inversement ?
    – que veut dire guérir : est-ce voir disparaître totalement les maux ?
    Ensuite, je vous propose de réfléchir ce soir sur les voies de guérison, d’explorer où se situe la guérison, sur quel niveau nous nous situons lorsque nous en parlons…Être malade, c’est… ..lire la suite

  • Vivre de lumière ou Vivre dans la lumière : quelles différences ?
    Drôle de question, non ?
    Chacun hoche la tête et sourit, plus ou moins perdu dans ses réflexions : puis quelqu’un commence à exprimer que, selon lui, l’un est plus proactif, lié à un rayonnement de soi et l’autre plus réactif…, puis une autre personne dit que pour se poser cette question il faut avoir la foi, sinon cela n’a pas de sens…
    Voyons ensemble de quoi il retourne !
    ..lire la suite

  • Sexualité et Amour : chemins parallèles ou élévation de l’âme ?
    Tout le monde sait que la sexualité n’est pas l’amour et que l’amour est bien plus que la sexualité, en outre il peut y avoir amour sans sexualité, donc cela n’est pas si simple qu’il y paraît !
    D’ailleurs, en démarrant les échanges, de suite se posent les questions telles que :
    – pourquoi séparer les deux ?
    – parallèle implique qui ne se croise jamais…
    – faut-il mettre un « et » ou un « ou » entre sexualité et amour, pourquoi « et » ?
    – qu’entend-on par amour ?
    – quel rapport avec l’âme ?
    – c’est bizarre de se poser, ce genre de questions !
    Regardons, quelle définition nous donnent les encyclopédies…

    ..lire la suite

  • Accueillir ses Enfants Intérieurs : qui contrôle qui ?
    Nous nous comportons différemment selon les situations et parfois notre façon d’être nous surprend.
    Nous réagissons vivement dans l’échange ou sommes touchés intérieurement très profondément. Nous en sommes surpris ou nous refusons de le voir, mais tout se passe comme si quelqu’un avait pris le pouvoir sur nous pendant quelques instants.
    Cette sous-personnalité qui s’est manifestée est en fait un enfant intérieur, un enfant antérieur qui s’est arrêté à un certain stade de développement et qui profite d’une situation où il peut s’exprimer pour parler de son émotion enfouie au plus profond de nous
    .
    Dès lors, nous avons le choix : ne rien faire, laisser faire ou comprendre ce qui les anime pour mieux gérer notre vie.
    C’est bien sûr, de cette démarche là que nous allons échanger…

    ..lire la suite

  • Cheminer en couple : contraintes ou liberté ?
    Cheminer, quel programme !
    Déjà, lorsque nous en parlons, nous avons souvent dans le couple, plusieurs représentations de ce que cela veut dire :
    – vivre ensemble jusqu’à la fin de nos jours, comme les parents,
    – faire ce que je veux, et l’autre de même,
    – partager des moments agréables ensemble, chacun faisant de son mieux, l’un se sacrifiant au profit de l’autre selon les circonstances de la vie (travail, promotion, salaire, enfants…),
    – s’aimer, vivre ensemble décontractés, profitant de la vie au maximum,
    – fonder une famille, avoir une maison, correspondre aux valeurs sociales,
    – faire un pas ensemble dans la vie, en partageant des moments agréables, chacun suivant sa route pour s’épanouir,
    – partager les moments de vie, dans le respect de l’autre, chacun travaillant sur lui pour mieux apprécier les rencontres sur ce chemin,
    – etc.

    ..lire la suite

  • Sommes-nous plus grands que notre corps ?
    Voilà une question d’importance…
    Mais d’abord, qu’entendons nous par « grands », quel sens cela a-t-il pour nous ?

    Si nous nous limitons au corps physique, la grandeur est la taille, donc dans ce cas la question n’a pas de sens, nous sommes exactement notre corps.
    Si nous prenons le niveau de l’énergie : il est possible de mesurer par l’effet Kirlian, les auras d’un corps, nous nous apercevons alors que nous sommes plus grands que notre corps, perçu par l’œil, notre sens de la vue, nous avons plusieurs couches…

    ..lire la suite
  • Inharmonie, peur, optimisme : une seule réalité !
    Il nous arrive parfois de sentir que nous ne sommes pas alignés sur le meilleur de nous-mêmes, un peu comme si nous n’étions pas en harmonie avec des parties de nous, avec quelque chose de plus grand que nous.
    C’est une question de sens, dans lequel nous engageons notre vie : si nous ne posons pas clairement notre intention au quotidien sur ce que nous désirons faire, nous risquons d’être activés dans un sens non porteur pour nous, pour le chemin que nous empruntons.
    En outre, nos sous-personnalités, nos enfants intérieurs (qui peuvent être âgés !) viennent prendre notre place d’adulte, et du coup, nous emmènent en fonction des circonstances dans des débordements ou des enfermements en totale inconscience, la plupart du temps !
    Tout cela contribue à l’inharmonie que nous ressentons.

    …lire la suite


  • Croyances limitantes : comment apparaissent-elles ? comment les modifier ?
    Nous fonctionnons au quotidien avec notre vision du monde, nous avons tous une paire de lunettes qui colorent et modifient notre perception des choses : croyances, certitudes, enfermements, projections sont permanents.
    Parfois nous l’oublions et du coup, nous vivons des moments d’épreuve, nécessaires pour une plus grande prise de conscience.
    Les croyances se sont mises en place très tôt dans notre construction mentale, souvent entre 0 et 2 ans. Comment ?
    Au départ, nous avons vécu une situation dans laquelle un ou des événements nous ont paru étrange(s) et notre égo a ressenti le mal-être en nous, il a donc interprété cette situation comme néfaste et du coup, il a bâti une croyance pour nous protéger, faire en sorte de nous éviter de nous retrouver confronté(e) de nouveau à cela.

    …lire la suite
  • Vacances : faire le vide ou se reposer ?
    Faire le vide est souvent, si nous en sommes conscients, écarter les problèmes, les refouler car nous posons une intention d’oublier les problèmes. Pour moi, c’est une fuite, que nous payons très cher, car au retour de ce vide vacancier, nous allons trouver cela très dur de reprendre et pour cause, rien n’aura changer en nous, puisque nous n’avons rien fait pour, juste oublier…
    Si faire le vide est inconscient, alors c’est une façon qu’à notre égo pour nous alerter que la soupape est restée longtemps fermée et qu’il est grand temps de faire une pause pour nous ressourcer !
    Il existe aussi une autre façon de faire le vide, dans le sens de la méditation ou de la prière.

    …lire la suite

  • Spiritualité & Transcendance : quels impacts au quotidien ?
    Une démarche spirituelle peut-elle exister sans croire à quelque chose qui nous transcende ?
    Qu’est-ce qui restera après notre mort en-dehors de notre squelette ?

    Que signifie être transcendant ?
    Les réponses ne sont pas faciles, à chacun sa vérité, c’est toujours vrai, mais encore plus là sur cette question très personnelle qui pose au fond, la question de la foi personnelle.
    En quoi est-ce que je crois : la vie ? l’humanité ? l’univers ? Dieu ?
    En quoi est-ce que j’ai confiance, vraiment, au plus profond de moi ?

    …lire la suite

  • Nous sommes tous des êtres aimants : quelles conséquences au quotiden ?
    Commençons par définir ce que nous entendons par aimants !
    •  Aimant dans le sens d’aimantable, de magnétique, ce qui signifie que nous sommes capables :
    – d’attirer au sens énergétique du terme,
    – d’avoir du charisme,
    – mais aussi d’être activés.
    En d’autres termes, si je suis en présence d’une ou de plusieurs personnes qui, elles, sont dans un sens donné, mais différent du mien, du nôtre, nous risquons si leur aimantation est plus forte de prendre le même sens, d’aller dans le même sens et, du coup, si celui-ci n’est pas porteur, nous allons vivre des épreuves plus ou moins victimisantes…
    Il nous appartient de détecter cela, pour ne pas être activés, en s’éloignant ou en étant vigilant sur ce qui se passe à l’intérieur de nous, mais méfiance, personne ne maîtrise le sens qui nous est transcendant !
    Aimant car empli d’amour,capable d’aimer la vie, les personnes, la nature…

    lire la suite

  • Il n’y a pas de hasard ! Provocation ou réalité ? Où serait notre liberté ?
    Ce café n’a pas eu lieu à cause de l’éruption volcanique d’Islande, j’étais bloqué à l’étranger dans l’attente d’un avion…

    Est-ce le hasard ? Où est ma liberté dans cette situation ?
    Bien sûr la réponse paraît évidente et pourtant…
    lire la suite

  • Vocation et talent/métier, quelles différences ? Comment activer son talent ?
    Qu’est-ce que sa vocation ? A quoi répond-elle ? Le talent sur quoi s’appuie-t-il ?
    Comment mettre en œuvre son talent au quotidien ? Pourquoi beaucoup de personnes pensent que nous avons plein de métiers , ou se situe la vérité ?
    A toutes ces questions, nous pouvons apporter des éléments de réponse, qui j’espère seront clairs : La vocation : c’est notre raison d’être sur Terre… C’est pour cela que notre esprit a décidé de s’incarner dans cette enveloppe charnelle, au sein de cette famille que nous avions repérée, avec tous les problèmes que nous allions rencontrer. La vocation répond à la question fondatrice de notre être, c’est la source questionnante qui va animer notre vie terrestre et à laquelle nous allons essayer d’apporter une réponse…
    lire la suite
  • Re-Naissance et morts : des deuils ou des seuils à traverser  ?
    Que signifie renaissance pour nous ? Quelles représentations avons-nous de la mort ? Que veut-dire faire le deuil ? Quelles sont les étapes du deuil ? Un seuil, cela signifie quoi pour moi ? Démarrons par le fait que deuil signifie au départ douleur, faire son deuil est donc de laisser passer la douleur.Or dans la vie, il existe des deuils à faire, qui sont des renoncements nécessaires, suite à des choix que nous faisons ou qui nous semblent imposés par la vie. Chacun connaît les phases du deuil, qu’Elisabeth Kübler-Ross à découvert auprès de ses malades et qu’elle a symbolisées, comme suit.
    lire la suite

  • Synchronicité : réalité ou clins d’oeil de la vie  ?
    Chacun a fait part de son vécu et des expériences qui pouvaient ressembler à des synchronicités, ensuite chacun à essayer de donner une définition. Richard a ensuite donné la définition de Carl Gustav Jung, qui a inventé ce mot : »J’ai choisi ce mot la synchronicité parce que la simultanéité de deux événements reliés par le sens et non par la causalité, m’apparaissait comme un critère essentiel ». Nous avons ensuite échangé sur le processus de la synchronicité et comment nous pouvons faire le lien avec les informations inconscientes et transcendantes, ce qui est développé ci-après.
    lire la suite

  • Egrégore : réalité ou inconscient collectif  ?
    Nous avons commencé par donner quelques définitions 1. un égrégore est, dans l’ésotérisme, un concept désignant un « esprit de groupe », une entité psychique autonome ou une force produite et influencée par les désirs et émotions de plusieurs individus unis dans un but commun. Cette force vivante fonctionnerait alors comme une entité autonome. Le terme, apparu dans la tradition hermétiste, a été repris par les surréalistes, qui l’ont chargé d’un fort potentiel subversif. 2. étymologie latine : ex = sortant de, gregs, gregis = le troupeau, la foule, et désinence or, ‘eur’ en français = celui qui agit (entrepreneur, dormeur). L’égrégore serait donc le fruit actif, ou né de l’action, d’une foule. 3. étymologie grecque : « égrêgorein / egregoros » qui signifie veiller / veilleur a deux sens, il s’agit d’une part du nom d’un ange présent sur le mont Hermon dans les légendes juives, et d’autre part d’un concept ésotérique dont la définition approximative est celle d’« être collectif », etc. Puis nous avons fait le lien entre le point de vue purement mental, le ressenti et le vécu d’un égrégore par chacun pour définir par nous-mêmes ce que nous pensions être un égrégore. lire la suite
  • Congruence, qu’est-ce que cela signifie : est-ce un équilibre qui s’acte ou une vue de l’esprit ?
    Après avoir donné une définition de la congruence (voir ci-après celle de Carl Rogers), nous avons échangé sur la première étape : identifier son émotion pour repérer dans un second temps le sentiment qui se cache derrière. Mais prendre conscience de celle-ci dans un échange, la nommer, la déclarer, comme cela s’effectue en CNV (communication non violente) n’est pas toujours facile, car selon l’endroit d’où elle vient, l’émotion peut vite nous submerger, au lieu de nous faire bouger (sens étymologique de l’émotion : mouvoir). C’est pourquoi, il faut s’habituer à citer les faits qui l’ont déclenchée, ce qui favorise déjà la prise de recul par rapport au vécu et permet de dire calmement ce que je ressens. (par exemple : Quand tu me dis cela, je suis en colère, je ne me sens pas respecté(e)). Nous avons ensuite échangé sur le fait d’avouer ses émotions lors d’un conflit. Les avis étaient partagés : est-ce alimenter l’autre ? lui donner de quoi nous toucher, lui laisser une emprise ? se mettre en situation de faiblesse ? faut-il couper le fil avec l’autre ? lire la suite
  • Ancrage : fixation ou liberté ?
    Ancrage, est-ce une liberté ou une contrainte ? Est-ce lié à soi ou aux autres ? Quels sont les impacts sur l’autre ? Premier point de vue d’une personne présente : cela dépend de ses racines, des repères que nous possédons et qui sont liés à notre passé. C’est vrai que si notre éducation a favorisé les prises de position d’auteur, grâce aux parents, pour qu’ils soient repères pour l’enfant, alors il lui sera plus facile de s’ancrer, car il aura pris l’habitude de s’ouvrir et il sera en confiance pour le faire, il ne se sentira pas en danger et il restera en contact avec son essence, donc ancré dans sa verticalité.Alors pourquoi s’ancrer au quotidien ? lire la suite
  • Empathie : être centré(e) sur soi ou sur l’autre ?
    La plupart des accompagnateurs en développement personnel parlent d’empathie, d’écoute active et d’objectivité dans la relation mais combien sont lucides sur leur réel comportement face à l’autre qui est en questionnement ? Comment font-ils pour mesurer cette empathie ? A partir de quand, sais-je que je quitte cette position de vie empathique et que je mélange ce que je suis avec la question de l’autre ? Consciemment ou inconsciemment ?
    Voilà les questions qu’il est intéressant de se poser, avec vigilance, lorsque nous accompagnons une personne à titre professionnel ou personnel (dans le cadre du bénévolat par exemple)… J’ai eu beaucoup de mal à comprendre ce que voulaient dire les formateurs et les thérapeutes lorsqu’ils abordaient le terme d’empathie : malgré leurs explications, il me semblait qu’ils en parlaient plus comme d’un concept que d’une réalité vécue ou d’une expérience concrète… J’ai alors insisté et souvent ils se sont bloqués en me disant que je comprendrai plus tard lorsque j’aurais suffisamment avancé en développement personnel… J’ai alors consulté les dictionnaires : – Larousse : faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent, – Wikipedia : notion complexe désignant le mécanisme par lequel un individu peut comprendre les sentiments et les émotions d’une autre personne voire, dans un sens plus général, ses états mentaux non-émotionnels comme ses croyances (on parle alors plus spécifiquement d’empathie cognitive). – étymologiquement, empathie vient du grec (en-pathos) qui signifie dans, à l’intérieur + souffrance, ce qu’on éprouve, littéralement passion qui emplit (dixit dictionnaire « Les racines grecques » Encyclopédie Britannica), mot qui a changé de sens et qui signifie le fait d’éprouver ce qu’éprouve autrui. Mais intuitivement, je restais sur ma faim, car je n’arrivais pas à comprendre comment je pouvais me mettre à la place de l’autre sans perdre ma position d’être…, voyons ce qu’il en retourne ! lire la suite
  • Confiance en soi & Qualités : vanité ou authenticité ?
    J’aurais envie de commencer par échanger sur les qualités et les défauts : pour moi, nous n’avons que des qualités et aucun défaut. Seulement parfois, parce que nous sommes activés dans un sens non porteur, pour nous, alors nos qualités ne sont pas mises à l’œuvre ou elles le sont mais dans le mauvais sens et alors nos qualités nous font défaut… Par exemple, si ma qualité est la détermination, capacité à faire des choix, non activée je serai indéterminé(e) et mal activé(e) je serai déterminé(e)/buté(e)…
    C’est une façon d’ailleurs de repérer que je suis dans un sens qui n’est pas porteur pour moi ! lire la suite
  • Amour de soi : narcissisme ou ouverture ?
    Que veut dire s’aimer ? Est-ce notre image que nous aimons, celle que nous donnons aux autres ? Est-ce aimer toutes les parties de soi ? Est-ce du nombrilisme ou de l’égocentrisme ?
    Ne dit-on pas, dans la Bible : « aime ton prochain, comme toi-même » ? Comment peut-on interpréter cette phrase dans le cadre du développement personnel, qu’est-ce que cela signifie au quotidien, dans les actes concrets de notre vie de tous les jours ? Est-ce que cela change quelque chose, si je m’aime dans toutes mes dimensions ? lire la suite
  • Maîtrise de soi : contrôle ou lâcher prise ?
    Maîtrise de son travail… Se maîtriser dans une réunion ? Que veut dire pour vous maîtriser une situation ?
    Nous avons tous entendu de telles phrases, nous nous sommes tous dit à un moment donné qu’il fallait que nous maîtrisions ce qui était en train de se dérouler… Parfois nous y sommes arrivés, parfois cela était impossible. Pour aller plus loin dans cet échange, il faut d’abord s’entendre sur le mot maîtrise, lire la suite

  • Etre dans sa verticalité, est-ce être relié(e) ?
    Verticalité Corporelle : le long de sa colonne vertébrale jusqu’à la fontanelle Mentale : intention juste et droite, calée sur le sens de l’accomplissement personnel et professionnel, être auteur de sa vie Emotionnelle : nettoyage de ses valises, certitudes, enfermement, croyances au regard des émotions du passé, inscrites dans le corps Etre relié(e) A toutes les parties de soi : retrouver l’unité en soi,
    lire la suite
  • Comment Mieux gérer son Stress ?
    Statistiquement : • 1/5 des hommes reconnaissent être stressés, stress surtout d’urgence • 1/3 des femmes le sont, stress chronique.
    Chacun de nous sait qu’un peu de stress nous aide à franchir certaines étapes, par exemple, stimule notre organisme et nos défenses pour faire face à un imprévu. Une fois l’alerte passée, notre corps retrouve une situation de récupération pour se retrouver dans une façon d’être « normale » pour soi. Le stress était dans ce cas un élément moteur. Au fond, l’être humain a besoin d’être poussé vers ses limites pour qu’il trouve et renforce sa confiance et son estime de lui-même. En fait, le stress est une simple réponse biologique et psychologique qui est fonction d’une agression et c’est donc une adaptation de notre organisme pour mieux nous aider à nous défendre, une réponse par rapport au changement ou à une perturbation. Le stress devient négatif lorsqu’il ne permet plus cette récupération. Deux possibilités d’être stressé(e), le sur-stress ou le sous-stress. Contrairement aux idées reçues, dans le travail par exemple, le stress n’est pas nécessairement une surcharge mais peut aussi être une faible charge, on se demande alors : o que faire ? o on tombe en dépression o on ressent une baisse de motivation A contrario, quand nous avons une augmentation de notre charge d’activités si le temps de travail est diminué, nous avons un sur-stress engendrant : o problème de mémoire o difficulté à se concentrer, etc. Il faut donc toujours maintenir un équilibre entre activité et temps, en fonction de la nature de l’activité et du contexte. Car si nous n’avons pas de stress, le corps est dans l’incapacité de réagir de façon différenciée face aux événements.
    lire la suite